Ce blog retrace notre circuit de dix jours en mai 2008, de Los Angeles à San Francisco, via Las Vegas et les parcs nationaux de l'ouest américain.

Toutes les photos sont en ligne > Album photo. L'écriture des articles est maintenant terminée. Et, suivant le principe des blogs, ils sont dans l'ordre inversement chronologique. Pour commencer votre lecture, allez directement au début, puis parcourez les messages plus récents. Et revenez régulièrement car vous n'allez pas tout lire en une fois !

Si vous avez tout vu, allez visiter mon autre blog les jardins de Den'


Et surtout, n'hésitez pas à vous exprimer en laissant des clics [ou des claques] !


Balade rive sud du Grand Canyon  

Jeudi 15 mai 2008, après-midi, toujours

Quelques gouttes de pluie font aussitôt sortir les cirés aux Asiatiques présents lors de notre descente du bus à Mather Point.
En fait, juste deux gouttes, je les ai comptées. Cela ne nous a pas effrayés, nous !

Moi aussi, j'admire le paysage !

Hervé a eu une excellente idée : il nous a proposé de nous laisser ici. Nous pourrons donc nous promener tranquillement au bord du Grand Canyon, jusqu'au "village" à moins de 4 kilomètres plus loin. Outre la promenade digestive, cela nous permet d'admirer à loisir, de prendre des photos, d'observer la faune (écureuils, condors,...) et la flore (cactus, genévriers de l'Utah, pins pignon,...), sans perdre de temps avec les allers et retours dans le bus. Il est 14h30, nous avons rendez-vous à 17 heures, donc largement le temps, et sans aucun risque de se perdre, le canyon doit toujours être à notre droite, il suffit de suivre le petit chemin goudronné. Simple et efficace !

Grand Canyon - Entre Mather Point et Grand Canyon Village

Et le soleil est de nouveau bien présent : la preuve en photos !
En outre, il faisait très bon (17°), pourtant nous sommes à 2000 mètres d'altitude.

Grand Canyon - Entre Mather Point et Grand Canyon Village

Nous sommes sous le charme, nous en avons plein les yeux. Bien sûr, tout le monde connaît déjà le Grand Canyon du Colorado. On a tous déjà vu des photos, des reportages, mais, là encore, rien de tel que de s'y rendre, et de constater : c'est vraiment grandiose !

Je sais, je me répète, mais nous n'avions pas encore trouvé de qualificatifs au détour d'un bosquet de pins, après un léger virage du chemin, que, déjà, nous étions de nouveau béats d'admiration, quelques dizaines de mètres plus loin, en découvrant d'autres arrangements dans la palette des couleurs, toujours aussi fascinants.

Oui, ok, j'arrête, je sens que je vais vous donner envie d'y aller, ou même d'y retourner !

Et la carte de la 3ème étape ?  

Jeudi 15 mai 2008

Quatrième journée - 470 km : Laughlin NV > Route 66 AZ > Seligman AZ > Grand Canyon AZ > Flagstaff AZ

Voilà, voilà, j'arrive, il suffit de demander ! 490 km, de Laughlin NV à Flagstaff AZ, en empruntant un tronçon de la Route 66. Où nous ferons également une balade de 3,5 km à pied le long de la rive sud du Grand Canyon National Park avec une vue splendide !
Et sans oublier le survol en hélicoptère. Inoubliable !!

Le Grand Canyon vu du ciel  

Jeudi 15 mai 2008, après-midi

Au programme : survol en hélicoptère Papillon, d'une trentaine de minutes, puis, après un déjeuner buffet, visite du Grand Canyon.

Après les souvenirs surgis ce matin du siècle dernier à Seligman, nous allons parcourir 150 km, et remonter encore "un peu" le temps...

Grand Canyon - Survol du Colorado en hélicoptère

Considéré comme l'une des sept merveilles naturelles du monde, Grand Canyon, parc national depuis 1919 et patrimoine mondial de l’Humanité de l’UNESCO depuis 1979, c'est l'un des phénomènes géologiques les plus grandioses et les plus étonnants qui soient, dont le principal architecte est le fleuve du Colorado qui l'a sculpté en moins de 10 millions d'années, dévoilant ainsi des roches vieilles de 2 milliards d'années et créant maints microclimats.

Quelques chiffres : 320 km de long, jusqu'à 1800 mètres de profondeur, de 1,8 à 25 km de largeur. On ne peut évidemment en admirer qu'une toute petite partie en si peu de temps. Mais c'est impressionnant, époustouflant, grandiose !
Saviez-vous que c'est en 1869 que le Major John Wesley Powell a descendu les quelques 160 rapides du Colorado pour tenter d'en dresser la cartographie ?

Une partie d'entre nous avaient choisi le survol en hélicoptère, pendant que les "survivants" allaient déjeuner. Non, je plaisante, aucune crainte : le baptême en hélico, ce n'est rien du tout, franchement, aucune appréhension à avoir. Par contre, quand on aperçoit le Colorado, dans le fond, et toute cette palette de couleurs, c'est à un véritable "arc-en-ciel géologique" qu'on assiste !




Je vous ai extrait une petite séquence du film. Vous aurez toutefois un peu de mal à vous mettre à notre place, le soleil n'était, hélas, pas au rendez-vous, et, au travers des vitres, cela ressemble un peu à du brouillard.

Mais ce n'est que partie remise : n'hésitez pas une seconde, la prochaine fois que vous y allez !

C'est déjà la fin, nous atterrissons en douceur, et retrouvons les autres, enchantés, tout comme nous. Mais il est 13h10, le temps d'aller déjeuner, en vitesse, car le reste du groupe a terminé et nous attend avec impatience pour recueillir nos impressions !

Un tronçon mythique : l'Historic US-66  

Jeudi 15 mai 2008 : 3ème étape

Lever tranquille à 5h45 après une très bonne nuit. Nous prenons le temps d'assister depuis notre chambre à un magnifique lever de soleil sur l'autre rive du Colorado, c'est-à-dire, j'en vois qui ne suivent pas, sur l'état d'Arizona.

Nous retrouvons la salle du petit déj, sans nous perdre dans le labyrinthe des machines à sous qui sont toujours bien présentes... comme certains joueurs qui ont l'air d'avoir passé la nuit à perdre de l'argent. Il faut dire qu'on ne voit jamais la lumière du jour dans les casinos, et tout est fait pour qu'on ne trouve pas la sortie... C'est délirant, il y a même de longs comptoirs où l'on peut consommer, tout en continuant à jouer, la machine étant incluse dans le bar ! Plus que jamais, le temps c'est de l'argent !

Nos amis, Marie-Michèle et Jean-Marie nous rejoignent. Ils n'ont - encore une fois - pas passé une très bonne nuit. Leur chambre donnait sur l'autre façade et... sur les énormes climatiseurs, en contrebas. La vue sur le fleuve Colorado était tout de même nettement plus agréable !

Il est 8 heures : Everybody ! C'est parfait, personne n'est milliardaire et ne manque à l'appel !!

Nous quittons déjà le Nevada. Deux heures plus tard, nous faisons un petit crochet sur l'historique et mythique U.S. Route 66, celle qui traversait les Etats-Unis, d'Est en Ouest, de Chicago dans l'Illinois à Santa Monica en Californie... Elle fut la première route trans-continentale pavée et goudronnée en Amérique sur près de 4000 kilomètres jusque fin juin 1985. En passant à Kingman, sur la I-40, nous croisons la "Historic US-66".

Seligman U.S. Route 66 - Angel Delgadillo pose dans sa boutique

Nous voici donc à Seligman, berceau de la réhabilitation de la Route grâce à Angel Delgadillo, pionnier de cette "re-naissance". Angel nous reçoit dans son "Barber Shop", véritable musée vivant ! Angel Delgadillo est une figure mythique de la Route 66 liée à la préservation, la promotion et la protection de "The Mother Road". Il est Président de l'Association Route 66 qu'il a fondée en 1987. Écoutons-le nous raconter :

"Mes parents s'établirent à Seligman en 1917 (Ils venaient du Mexique). Ma langue maternelle fut l'Espagnol et mon père et ma mère n'ont jamais parlé Anglais. Moi, je l'ai appris à l'école. J'étais barbier et ma boutique était située sur la vieille Route 66 dès 1950. En 1972, après la création de l'Autoroute I-40, mon village périclitait et ma boutique de barbier battait de l'aile...

"Cette récession économique me donna l'idée de créer un musée à partir de la boutique et de fédérer les états concernés par le passage de la Route 66... Cette Route, c'est l'Amérique d'hier, il ne faut pas l'oublier !"

Au Festival d'Albuquerque, Angel a reçu le "Steinbeck Award", un trophée en hommage à son dévouement à la Route 66, véritable clin d'œil au célèbre écrivain Américain et au roman Les Raisins de la colère. Sur le trottoir d'en face, la "boutique-diner" avec ses vieilles bagnoles et ses pompes à essence délire, appartenait à Juan, le frère d'Angel, décédé en juin 2004.

Seligman U.S. Route 66 - Angel Delgadillo pose avec Isabelle

______________________________________________________________________________
En savoir plus [en français] :
Get your kicks on the Route 66 : 1, 2 et 3

Laughlin, la petite Las Vegas  

Mercredi 14 mai 2008, fin d'après-midi :

La route vers Laughlin bifurque juste avant le Colorado dont nous allons maintenant longer la vallée pendant une cinquantaine de kilomètres. Cela laisse le temps à Hervé de nous parler de l'histoire de la ville.

L'emplacement de la future Laughlin a été choisi en 1940, par sa situation à South Pointe (Pointe du Sud du Nevada) et la proximité des mines. L'état du Nevada étant le seul à autoriser les jeux de hasard, le réglement avait prévu un motel et un bar où les mineurs venaient dépenser leur or et leur argent. Puis vint la construction du barrage Davis et ses nombreux travailleurs.

En 1964, Don Laughlin acheta le motel et le bar, tombés en désuétude après l'achèvement du barrage. Avec sa famille, ils ajoutèrent des machines à sous et des tables de jeux. Le lieu South Pointe fut bientôt renommé Laughlin. D'autres casinos furent bientôt construits et les bateaux transportaient les clients de l'état d'Arizona, juste de l'autre côté du fleuve.
En 1987, Don Laughlin finança la construction du pont qui permet le passage de plus de 2000 véhicules par jour entre les deux états.

Enfin vers 18h30, nous arrivons au River Palms Resort & Casino. Là encore, c'est un contraste avec l'hôtel précédent : ici, il y a 25 étages et plus de 1000 chambres. La réception se trouve au 3ème étage et pour accéder à la salle du restaurant il ne faut pas se perdre dans les alignements de machines à sous, fort bruyantes en outre. Enfin, je sais bien, c'est fait exprès !

Depuis notre chambre, nous avons une vue plongeante sur le fleuve du Colorado et ses sports nautiques.

Laughlin - Colorado River vu depuis l'hôtel

Après le repas, nous tentons notre chance aux machines à sous (ici on peut s'exercer avec une mise minimum d'un dollar) et nous observons les joueurs autour des tables de jeux. Puis un petit tour au bord du Colorado et nous retrouvons notre chambre.

Bonne nuit, à demain !

Calico, la ville fantôme  

Mercredi 14 mai 2008, après-midi :

Après le repas, nous traversons le désert de Mojave et faisons un petit crochet par la ville fantôme de Calico. Quel contraste avec ce matin : il fait 31°C !

Calico Ghost Town - La ligne Calico-Odessa

Calico Ghost Town est un des rares camps miniers d'origine encore existant dans l'Ouest. Fondée en 1881 pour l'exploitation d'un filon d'argent, la ville survécut au début du XXe siècle grâce à la découverte de borax dans le district.

Lil's Saloon

Le tiers de la ville actuelle est d'origine, le reste des bâtiments ayant été reconstitué avec soin dans l'esprit de l'époque minière.

Rosie's, Hotel & Saloon

Il est 14h30, nous avons une petite heure devant nous, ce qui nous laisse le temps de visiter les différentes boutiques, restaurants et saloons d'époque (Lil's Saloon, Town Office, Lucy Lane's House, Smitty's Gallery et General Store).

La Maison de verre

On aurait presque pu apercevoir le shérif. Il y a même un hôtel. La voie ferrée mène encore à la mine, que nous avons visitée, d'ailleurs. Et l'école, vous ne trouvez pas qu'elle fait style "petite maison dans la prairie" ?

Calico Ghost Town- L'école

Sachez que cette ville fantôme dispose d'un site internet, Calico Ghost Town où vous trouverez également une carte détaillée des lieux et des campings. Vous découvrirez que de nombreuses animations y sont régulièrement organisées. Vous pouvez même, pourquoi pas, envisager de vous y marier comme au XIXe siècle !
D'autres informations sont disponibles sur le site du Park Régional de San Bernardino.

La voie ferrée

Ensuite, nous allons reprendre la route, car il reste encore 260 km avant la fin de l'étape du jour qui va nous conduire, à travers le désert de Mojave, le long de la I-40 E jusque dans l'état du Nevada.

Beverly Hills, Santa Monica : un dernier tour de LA  

Mercredi 14 mai 2008

Comme hier, lever sans problème avant 6h15.
Nous sommes pratiquement les premiers pour le petit déjeuner qui nous est proposé, comme hier. Mais là, j'avoue, l'omelette/bacon frit et toast au beurre salé, euh... bon, c'est pas ma tasse de... café. "Please, is it possible to have bread with honey or jam? Thank you." Rires, car avec notre accent, toujours, l'anglais américain, c'est dur à comprendre, surtout avec les quelques souvenirs rudimentaires du lycée. Sourire du serveur, qui comprend tout de même, habitué qu'il est, à voir ces Français "difficiles" à contenter. Il faut dire que nous avons fait de grands gestes explicatifs et simultanés ! Enfin, c'est ce que nous pensons toujours.

Los Angeles - Hôtel Escada sur Wilshire Boulevard

Les valises doivent être dans le bus un quart d'heure avant le départ, car aujourd'hui nous quittons Los Angeles, LA pour les intimes (prononcez "elle ééé"). Et je crois me souvenir, qu'à 8 heures tapantes, Hervé a pu prononcer le mot magique qui permet [nous l'avons vite compris] à Pyt de prendre la route, direction Beverly Hills. Là, tout le monde connaît, non ? Mais, grosse déception, on ne verra pas les Clio, car ces VIP ne veulent plus que les bus passent devant leurs maisonnettes. Et puis, il faut dire qu'ils en avaient, justement, assez de rentrer et de sortir leurs véhicules à l'approche des bus de touristes...

Los Angeles Beverly Hills - Via Rodeo Dr

Un petit arrêt tout de même dans le quartier chic de Via Rodeo Dr et ses boutiques de luxe. En passant, nous osons entrer (mais pas tous en même temps) pour faire un petit tour dans le hall prestigieux de l'hôtel Escada sur Wilshire Boulevard où a été tourné la scène finale d'Ocean's Eleven. Décidément, hier déjà, nous avons pu voir ses empreintes devant le Chinese Theater, aujourd'hui nous foulons le sol où il tournait avec Julia Roberts. Je veux parler de George, vous l'aviez deviné !

Santa Monica et le Pacifique

Nous reprenons maintenant le bus pour une ultime visite dans cette mégapole : Santa Monica, où l'on aperçoit la fin historique de la route 66. L'arrêt nous permet d'aller sur la plage, jusqu'au Pacifique. Il y a peu de monde, encore, très peu derollers, comme on peut le voir sur les photos. Il fait beau, mais ce matin il n'y avait que 17°C, ça n'incite pas trop à la baignade !

Santa Monica

Cette ville côtière est la plage des milliardaires de LA, mais nous n'allons pas trop nous y attarder, car il y a encore de la route à faire avant ce soir. D'abord sortir de Los Angeles et prendre la I-15 N vers Victorville pour la pause déjeuner.

La p'tite carte habituelle, pour mieux suivre...  

Mercredi 14 mai 2008

Troisième journée - 540 km : Los Angeles CA > Beverly Hills CA > Calico CA > Laughlin NV

Deuxième étape, où l'on change d'état pour passer de la Californie au Nevada, tout en longeant le désert de Mojave.

Bon anniversaire, Mélody !!  


Message spécial, aujourd'hui !

N'hésitez pas à lui laisser des commentaires et des encouragements sur son blog ze lil'bazar

Un lieu mythique du cinéma  

Mardi 13 mai 2008, en fin de matinée.

Hollywood, Hollywood, nous sommes en plein dans le cinéma et ses stars ! Dirigeons nous maintenant, vers LE lieu mythique du cinéma, j'ai nommé (nominé ?) Universal Studios.

Situé sur une colline au nord de Los Angeles, ce parc de 170 ha est un des plus grands studios cinématographiques du monde. Il a été aménagé en parc d'attractions (dont le thème principal est les films de leur légendaire compagnie, comme Retour vers le futur, Jurassic Park, Terminator, La Momie, et j'en passe...).
On va d'abord devoir patienter avant de pouvoir grimper dans le petit tram qui nous fera visiter les différents décors de tournage des films mythiques. Regardez bien les photos prises ce jour-là, car certains de ces décors ont brûlé une semaine après notre retour.


Los Angeles - Universal Studios


C'est ainsi que nous assistons à des scènes d'apocalypse, telles un tremblement de terre, des immeubles en feu (pour de faux, ceux-là, puisque tout se remet aussitôt en place !), un déraillement de train, une pluie diluvienne, un crash d'avion, ...

Nous déjeunons sur place, avant de nous laisser tenter par des attractions "qui remuent bien". Rien de tel pour digérer avec les sensations de Jurassic Parc et de la Momie. Puis nous allons voir le spectacle Waterworld, où certains se font copieusement arroser ! D'autres attractions en 3 et même 4D, telles Schrek ou Terminator II sont également impressionnantes.
Mais le temps passe vite, il faut 30 minutes pour emprunter les gigantesques Escalators qui permettent d'accéder aux différents niveaux du parc. Et il est bientôt l'heure du rendez-vous, fixé devant le célèbre globe Universal Studios.


Los Angeles - Universal Studios


Le trajet de retour à l'hôtel ne fait qu'une trentaine de kilomètres, mais l'autoroute est très encombrée, à cette heure...
Ensuite, repas à l'hôtel (au menu : salade verte, poulet, légumes, "gâteau" au chocolat ; boisson à volonté : café ou limonade) puis repos bien mérité, pour nous remettre de nos émotions.

______________________________________________________________________________
En savoir plus sur Universal Studios :


avec USA Tourist


avec Wikipédia

Un p'tit plan pour se situer dans LA  

[LA c'est Los Angeles, LA pour les intimes (prononcez "elle ééé").]

Lundi 12 mai 2008 : Première journée - 34 km : Los Angeles Airport CA > Commerce CA

Mardi 13 mai 2008 : Deuxième journée - 64 km : Commerce CA > Los Angeles CA > Universal Studios CA > Los Angeles CA > Commerce CA



[C'est géant, on peut même se balader dans les rues, avec le bouton "Street view"]

Hollywood et la Cité des Anges  

Mardi 13 mai 2008

Ce matin, nous nous levons facilement bien avant 6h30. A Nancy, il est déjà 15h30. Petit déjeuner : french toast (salé), omelette et tranches de bacon frit, café. Le départ du bus était prévu à 8h. Cette fois, nous sommes les premiers, d'autres sont en retard, pour de bon ! Allez, ils sont pardonnables, car ils ont mal dormi, leur chambre donnait sur le carrefour, près de la I-5, et du passage des trains.

Los Angeles - le quartier mexicain, el Pueblo

Le temps est agréable, beau, mais pas trop chaud. Hervé nous présente notre chauffeur, Pyt, très "classe". Bon, c'est le moment de réviser notre anglais, avec le french accent, et de tenter de répéter après lui, son très jovial : "Good morning !"

"Everybody", et c'est parti ! Au programme du jour : passage par le centre ville, le quartier des affaires et le quartier mexicain, el Pueblo, où se trouve la plus ancienne maison de Los Angeles. Olvera street en bordure de la prison et de l'hôtel de ville, est le site de la première colonisation officielle de la ville.

Hollywood Boulevard - Will est passé par là !

Puis le tour de ville se poursuit par la promenade sur Hollywood Boulevard avec ses quelques 1800 étoiles (je n'ai pas vérifié) et son fameux Grauman's Chinese Theatre en forme de pagode chinoise dont le parvis recèle les non moins fameuses empreintes de stars. À l'origine, une vedette de cinéma en visite sur le chantier pose son pied dans le ciment encore frais par accident. De là est née cette tradition pour les plus grandes stars du cinéma d'immortaliser leur passage en laissant leurs empreintes de pieds et de mains dans le ciment.

Hollywood Boulevard - Chinese Theatre

Un peu plus loin, le plus récent Kodak Theatre où sont remis tous les ans les Oscars (je rappelle que theatre signifie ici cinéma).

Nous n'oublions pas, sur les conseils avisés d'Hervé, le point de vue sur la colline où se trouve le non moins fameux panneau HOLLYWOOD en lettres capitales. Il s'agissait à l'origine d'un panneau publicitaire, érigé en 1923 par des promoteurs immobiliers. Le panneau original, «Hollywoodland», qui était laissé à l'abandon, a été restauré et a perdu à cette occasion ses quatre dernières lettres. Les lettres, hautes de 15 m et larges de 9 m, étaient, à l'origine, en bois ; elles sont maintenant en acier.

Los Angeles - Hollywood

Une journée de 33 heures ?  

Lundi 12 mai 2008, 10 000 kilomètres à l'ouest

Le vol Air France se passe très bien. Peu après le décollage, le déjeuner nous est servi, avec champagne à l'apéritif, ensuite plusieurs films, au choix, parmi Bienvenue chez les ch'tis, Enfin veuve, une petite sieste pour certains (dont je tairais les noms, car ils et/ou elles dormaient souvent), une petite collation, et déjà LA est en vue.
Il est 3h30 PM, il fait 63°F (17°C), le temps est gris... Il faut montrer patte blanche, avant de pouvoir fouler le sol américain, et récupérer tous nos bagages. Enfin, nous sommes accueillis par notre guide, Hervé. Très pro, il commence à nous compter... et nous allons ainsi pouvoir compter sur lui.

Los Angeles - Downtown

Everybody ! Le bus peut démarrer pour nous conduire à la périphérie de Los Angeles, à Commerce, où se trouve notre hôtel, à quelques kilom... pardon, miles de la Cité des Anges. On se retrouve très vite sur une autoroute en pleine ville, à 2 x 6 voies, dont la plus à gauche est réservée au covoiturage et aux bus, ce qui permet de rouler à très bonne allure, alors que les voitures sur les autres voies sont pratiquement à l'arrêt. D'ailleurs, cette autoroute est surnommée le "parking", c'est tout dire...

En fait, il y a plus de 1000 kilomètres d'autoroutes dans toute l'agglomération, mais les embouteillages sont quasi permanents. Il faut se rappeler que la ville fait tout de même plus de 100 kilomètres du nord au sud, car les habitants ont préféré depuis toujours la maison individuelle avec jardin. Pratiquement, les seuls buildings se trouvent au centre ville, le Downtown.

A 5h30 PM, nous sommes au Ramada Inn, "petit" hôtel de deux étages, juste le temps de poser nos valises, car nous nous retrouvons à 6h00 PM, pour une petite réunion de présentation. Un petit calcul avant d'aller se coucher directement : il est 8h PM, c'est-à-dire, pour nos horloges internes, 5h du matin heure française. Nous sommes levés depuis quelle heure, déjà ? Stop, dodo.

Ah ! j'oubliais : "Bon anniv', Flo !!"

Bonne nuit, à demain !

Départ imminent...  

Lundi 12 mai 2008, aux aurores

Il fallait se lever tôt, très tôt, même. Bon, c'est certain, on aurait pu se coucher plus tôt, aussi, anticiper le décalage horaire, en plus.

Mais, au dernier moment, il y a toujours un truc qu'on a oublié de faire, ou de préparer, ou, ou, ou... enfin bref, la nuit fut courte.

Rendez-vous à Jarville à 4h45, pour le départ du bus. C'était bien précisé : "L'autobus partira à 5 heures et n'attendra pas les retardataires qui seront obligés de se rendre directement à PARIS." Pas de problème, nous sommes montés dans le bus à 4h44. "C'est bon, non ?", mais non, on s'est ramassé une (plusieurs ?) réflexion(s), comme quoi nous étions les derniers. Oui, bon, il en faut bien, des derniers [comme des premiers, en toute logique] du moment qu'ils sont à l'heure...
Ça donne envie d'aller se recoucher, non ? Non, non, je plaisante, bien sûr. Du coup, le bus est parti en avance. Arrivée prévue à Roissy (325 km) vers 10h, avec un petit arrêt à Sommesous.

Lundi 12 mai : lundi de Pentecôte... c'est de nouveau férié, les conversations sur le sujet vont bon train, puis s'estompent peu à peu. Beaucoup d'entre nous commencent à somnoler et à rêver de grands espaces (encore) lointains.

Dans les nuages...Ah, Roissy, déjà ! C'est où ? Terminal 2E, c'est là, c'est là, chauffeur, stop ! Bon, ensuite, il faut réussir à entrer en passant les portes à tambour, ce qui ne semble pas si simple... Mais on a le temps, l'embarquement est prévu à 13h15, et l'arrivée à Los Angeles à 15h45. Oui, on n'oublie pas, à partir de maintenant : il y a 9 heures de décalage, le vol dure 11 heures, tout de même.

Enregistrement des bagages, contrôle des passeports et des personnes(1) : tout se passe bien, globalement. Seules deux personnes, n'ayant pourtant pas l'air patibulaire(2), ont été obligées de se dévêtir entièrement, devant nos yeux ébaubis, mais surtout devant l'insistance répétée du personnel dûment mandaté à cet effet et la stridence des sirènes du portique de sécurité. Non, je rigole, mais on les avait pourtant prévenues de ne pas laisser dans leur sac de cabine leur tenue de scaphandrier complète. C'est bêtement le métal de la bouteille d'oxygène qui s'est fait repéré.

Bon, il n'y a plus qu'à attendre...

"Les passagers pour le vol Air France à destination de Los Angeles sont priés de se présenter à l'embarquement..."

______________________________________________________________________________
(1) Attention : depuis le 12 janvier 2009, les citoyens français qui ont l’intention de se rendre aux États-Unis pour un séjour touristique ou d’affaires de moins de 90 jours par air ou par mer devront être en possession d’une autorisation de voyage électronique (en savoir plus).
(2) Certaines mauvaises langues, dont je tairais les noms, ajouteront, je n'en doute pas un seul instant : "Pas tibulaires,... mais presque !" On ne sait jamais, si, par le plus grand des hasards, les premières (mais également ces dernières, anonymes, qui se reconnaîtront) lisaient ces lignes, elles pourraient m'en vouloir...

______________________________________________________________________________

Les visiteurs depuis le 1er août 2009

______________________________________________________________________________

Suivez le guide...

Mon nouveau blog...

Bannière les jardins de Den'

Qui suis-je ?

Ma photo
Nancy, 54, France
Un cow-boy lorrain

Membres

Où suis-je aussi ?

Stats au 29/01/10

76
Articles
206
Clic-clac
22 Étoiles Paperblog
23522 Visites *
77 Pays *
15187 Visiteurs uniques *
51044Pages vues *
- A partir du 6 août 2008 -
(* source Google Analytics)

Conseils pratiques

Le plus sûr moyen pour répondre à toutes les questions qu'on se pose AVANT le départ ?

Formalités d'entrée au USA, modèle(s) de passeport accepté, visa, conseils aux voyageurs, informations médicales, sécurité aux frontières, décalage horaire, météo, téléphone, etc, etc...

En premier lieu, visiter les sites officiels (en français) :

¤ Ambassade des États-Unis à Paris > Info-Usa-Tourisme

¤ La Diplomatie Française > Conseils aux voyageurs

¤ Air France > Côté Pratique

¤ Aéroports de Paris > Vos bagages

¤ Direction Générale de l’Aviation Civile > DGAC

¤ Horloge Parlante (heure, météo, et bien plus...)

¤ Cours du dollar en direct (XE.com)

¤ Table de conversion (km>mile, °C>°F...)
 

San Francisco

San Francisco
Vue depuis Twin Peaks - Transamerica Pyramid (à gauche), Market Street (à droite)