Ce blog retrace notre circuit de dix jours en mai 2008, de Los Angeles à San Francisco, via Las Vegas et les parcs nationaux de l'ouest américain.

Toutes les photos sont en ligne > Album photo. L'écriture des articles est maintenant terminée. Et, suivant le principe des blogs, ils sont dans l'ordre inversement chronologique. Pour commencer votre lecture, allez directement au début, puis parcourez les messages plus récents. Et revenez régulièrement car vous n'allez pas tout lire en une fois !

Si vous avez tout vu, allez visiter mon autre blog les jardins de Den'


Et surtout, n'hésitez pas à vous exprimer en laissant des clics [ou des claques] !


Survol du lac Powell  

Vendredi 16 mai 2008

"A small photo before takeoff ?
- With pleasure !"

Enfin, c'est ce que j'ai cru comprendre d'après ses gestes, je suis nul en américain, moi... J'ai donc confié l'appareil au pilote, et il nous a immortalisés, au cas où... [non, non, je rigole !] avant que nous montions dans le Cessna. Vous pouvez vérifier, nous arborons un sourire confiant. Et puis, après tout, c'est nous qui l'avons délibérément voulu.
Glen Canyon National Recreation Area - Lake Powell

Il s'agissait ici d'une des options supplémentaires proposées : un survol du lac Powell, en avion, d'une durée de cinquante minutes. Au risque de me répéter, si vous le pouvez, faites-le ! Ce serait vraiment idiot de faire autant de kilomètres, jusqu'ici, pour passer à côté.
J'ai eu bien du mal à faire un court extrait du film et, encore une fois, ça ne rend pas fidèlement ce que l'on ressent quand on survole ces paysages magnifiques !



[télécharger la vidéo ici]

Je suis désolé pour vous qui n'y êtes pas allés, mais de l'avis général, nous avons tous trouvé le spectacle grandiose. Ces 50 minutes n'ont été que du pur bonheur ! Et avec ce soleil, vous avez vu les couleurs !
Mais si vous voulez y séjourner, attention, il y fait très chaud l'été. Le soleil est torride et les orages très soudains et très violents.

Depuis 2001, la région est en proie à une sécheresse sans pareil. A fin 2004, le niveau du lac est précisément 32 mètres en dessous de son niveau de fin 2000 et 41 mètres en dessous de son niveau le plus haut.
La situation semble s'améliorer en 2008, le lac est à son niveau le plus haut depuis 2002, mais pourtant, il en manque encore : remarquez la couleur plus blanche de la roche qui indique le niveau maximum de l'eau.
Le Lake Powell, ses criques, ses falaises...

Admirez ces reliefs découpés !
Pas étonnant que ces paysages aient servi de décors naturels pour de nombreux films, parmi lesquels La planète des singes (la première version de 1967 avec Charlton Heston, mais aussi celle de Tim Burton en 2001), également des westerns comme Bandolero ou Maverick, et aussi, dans un autre genre, Superman...

Le lac permet de découvrir une multitude de canyons mais aussi des grottes et des vestiges indiens. Il offre la possibilité d'exercer diverses activités comme la pêche, le ski nautique, la plongée sous-marine... Fameux pour ses trajets en bateau, le lac peut être remonté sur plus de 200 km depuis le barrage.

Il est possible de faire des tours organisés en bateau, mini croisières de une heure à une journée ou le soir accompagné d'un dîner au chandelle, de louer des bateaux à moteur de différentes tailles avec accessoires de jeux aquatiques ou même des "house boats", véritables maisons flottantes avec tout le confort pouvant accueillir jusqu'à 12 personnes pour plusieurs jours d'évasion sur le lac.

De nombreux sentiers de randonnées dans des canyons reculés sont accessibles depuis le lac mais aussi en 4x4 sur des pistes entretenues par les résidents locaux.
Lake Powell - Hohé, du bateau !

Cela ne vous donne pas envie ? Moi, je vous le dis tout net : j'y retournerais bien quelques jours... ou plus !

Une beauté naturelle rehaussée par l'intervention humaine  


Vendredi 16 mai 2008, 16 heures

Nous arrivons à Page, plus exactement à l'aéroport municipal. Nous avions [c'est le cas de le dire...] la possibilité de choisir une option supplémentaire... que nous allons apprécier à juste titre. Si vous passez dans le coin, vous n'avez pas intérêt à louper ça. C'est fa-bu-leux. A ce stade du circuit, nous avons pourtant déjà eu de nombreuses occasions d'être émerveillés - ne serait-ce qu'aujourd'hui, avec Monument Valley - mais là, vraiment, vraiment, c'est l'apothéose [n'ayons pas peur des mots] !

Glen Canyon - le Colorado - Horseshoe Bend

Je sais, je sais, je suis dur ! Il y en a - je ne les nommerais pas, mais suivez mon regard - qui vont regretter amèrement, et ce n'est pas faute d'avoir essayé de les convaincre !
De quoi s'agit-il ? Bon, vous avez sans doute triché un peu, mais je ne vais pas vous le reprocher. Si vous avez déjà regardé les photos, vous avez remarqué de splendides vues aériennes du lac Powell. Alors, pour ceux qui n'y étaient pas, ou qui ont envie d'y aller, je vous raconte.

Il y a la petite ville de Page, à l'extrême nord de l'Arizona, non loin du fleuve Colorado.
Et il y a l'essentiel d'un lac, qui s'étend principalement sur le territoire voisin de l'Utah.
Powell, vous connaissez déjà : c'est ce fameux major, prénommé John Wesley, géologue et vétéran manchot de la guerre de Sécession qui a exploré en 1869 le bassin du Colorado.

On a donc donné son nom au lac qui est une splendeur née de l'intervention humaine (une fois n'est pas coutume !).
Glen Canyon Dam - le barrage sur le Colorado

Il y a tout juste une cinquantaine d'années, en 1957, que la construction d'un barrage a été décidée pour réguler le cours impétueux du fleuve (1). Et cela a donné naissance à ce lac de retenue majestueux.

Imaginez plutôt :
  • le barrage de Glen Canyon, commencé en 1957, fut achevé en 1966
  • il a fallu 17 ans pour que l'eau atteigne la cote maximum
  • le lac fait quelques 300 kilomètres de long
  • les innombrables criques totalisent plus de 3 500 kilomètres de rives, je dis bien trois mille cinq cents kilomètres !
  • rempli, il est profond de 170 mètres et couvre 65 000 hectares
  • il contient plus de 35 milliards de mètres cubes d'eau
  • avant la construction du pont, il fallait faire plus de 300 kilomètres pour passer d'une rive à l'autre
  • près de 200 espèces d'oiseaux fréquentent les bords du lac
  • on y dénombre également 700 espèces de plantes, 20 reptiles, 80 mammifères, 8 amphibiens et 14 espèces de poissons
  • le paysage, dépourvu de grands arbres, est tout de même extraordinaire, avec ses falaises roses, rouges, orangées, beiges, blanches ou ocres, plongeant dans toute la gamme des bleu, turquoise, émeraude et vert de l'eau, avec ses recoins secrets enserrés dans les nombreux plis du relief.
Glen Canyon - le Lac Powell et ses nombreuses criques

Le lac Powell dégage une atmosphère à la fois envoûtante, impressionnante, sauvage. Il n'est pas faux de dire que c'est un exemple sans aucun doute unique au monde d'une beauté naturelle rehaussée par la main de l'homme !

Avant la construction du barrage, la polémique faisait rage du côté des amis de la nature. Et pourtant on ne défendait pas les Navajos à qui cette terre appartenait. Et on était loin de se douter alors du formidable attrait touristique que cela allait engendrer.

Il y a donc aujourd'hui toutes les activités nautiques possibles et imaginables sur le lac, mais également des survols en avion de la région.

En 1956, Page n'était qu'un simple campement pour loger les milliers d'ouvriers occupés à la construction du barrage. C'est une petite ville très particulière, qui n'a commencé à exister vraiment qu'en 1975. C'est aussi une ville qui ne compte pas moins de - si je n'en ai pas oublié - 13 églises de 13 religions différentes ! Et la plupart sont alignées du même côté sud, le long de Lake Powell Boulevard.

Mais pourquoi toutes ces églises dans une si petite ville, me direz-vous ?
Hervé nous l'a expliqué. Pour ceux qui dormaient [bon, pas de noms entre nous !] : la construction d'un tel barrage nécessite des tonnes de béton, et à certains moments, pour diverses raisons, il y en a trop, et on ne peut pas le jeter ! Et comme les ouvriers étaient de toutes origines, donc de nombreuses religions différentes, on les avait autorisés à utiliser l'excédent de béton en leur cédant un terrain...
Glen Canyon - le Lac Powell

Voilà quelques photos pour illustrer l'article, n'hésitez pas à cliquer pour les agrandir...

Une fois encore, je me rends compte que ces photos ne peuvent pas rendre totalement ce que nous avons vu. Ce n'est en fait qu'un tout petit échantillon de ce que nous avons pris dans les yeux et qui fait maintenant partie de nos meilleurs souvenirs.

Le seul moyen, c'est vraiment de s'y rendre. J'espère que ce récit vous en donnera envie !


______________________________________________________________________________
(1) et maintenant on se rend compte que le débit du Colorado n'est plus assez important, puisqu'on est obligé d'inonder artificiellement le Grand Canyon en aval pour tenter de reproduire les conditions de reproduction des espèces de poissons endémiques qui existaient avant la construction du barrage en 1963.

Entre buttes et mesas  

Vendredi 16 mai 2008, après-midi

Le repas terminé, nous reprenons les 4x4 pour une petite visite du territoire Navajo. Jim nous indique le nom des différents monuments naturels que nous admirons au passage. Les cahots de la piste ne facilitant pas la prise de vue, nous aurons quelques arrêts photos en cours de chemin, nous offrant ainsi des panoramas exceptionnels !Artisanat Navajo

Lors d'une de ces pauses, Jim nous proposera quelques unes de ses réalisations sur ardoise. Isa, grande fan de rapaces, a craqué aussitôt sur celle dont vous voyez la reproduction ci-contre.

Pour les Navajos les animaux sont sacrés. On ne s'étonne donc pas d'en retrouver quelques-uns dans les noms des différentes formations de grès : Elephant Butte, Camel Butte, Eagle Mesa, Bear and Rabbit, Thunderbird Mesa...

Au gré de la piste, nous allons nous faufiler entre ces différents monuments et découvrir quelques-uns de ces monolithes de terre rouge qui peuvent atteindre 5 à 600 mètres de haut. C'est vraiment un moment magique !

Je ne me souviens plus de tous les noms qu'il nous a donnés, parfois même mimés, car nous n'étions pas bien surs de comprendre. [Si vous les connaissez, n'hésitez pas à me le dire, ou à mettre des commentaires directement dans l'album photo, je complèterai les légendes.]

Au cours du trajet, nos chauffeurs vont même nous enchanter avec une petite mélopée dineh.



Mais déjà, nous abordons la rampe d'accès au Visitor Center, nos guides ponctuant les soubresauts de "Hop, là !" et les virages de "Ça roule, ma poule !" Je me suis même laissé dire qu'un des chauffeurs avait appris une nouvelle expression, qu'il a lancée, fort à propos, au conducteur d'une voiture de tourisme, encombrant la piste : "Bouge ton kiou !".

Il nous reste largement plus d'une demie heure pour les derniers achats, et autres envies de dernière minute, mais surtout pour rêver encore devant toute cette beauté. Bon, vous l'aurez compris, j'ai été totalement envouté par cette escapade au pays des Navajos !

Monument Valley - The Three Sisters

Vers 13h40, nous reprenons un moyen de transport (un peu) plus confortable, non sans nous être essuyés consciencieusement les pieds avant de monter dans le bus.
Il y a 200 km (environ 2h20) pour rejoindre notre prochaine destination. Nous passons de nouveau à Kayenta, Tó Dinéeshzhee, en Navajo qui fait partie de la nation navajo et qui compte environ 5000 habitants.

Puis, peu avant d'arriver, nous apercevons les Cheminées de la Navajo Generating Station, objet d'une véritable polémique [plus d'informations ici > Les lumières de Phœnix brillent pendant que Black Mesa s'assèche].

Le barbecue Navajo est servi !  

Vendredi 16 mai 2008, midi [heure locale]

Je parle, je parle, mais je manque à tous mes devoirs. Je ne vous ai pas encore présenté nos hôtes :

Monument Valley - Nos trois chauffeurs Navajos

Au centre, Jim Dine', notre chauffeur. Bon, alors, nous avions bien révisé avant de monter dans les 4x4 : Yá'át'ééh ! Vous vous souvenez, ça veut dire Bonjour [si on le prononce correctement]. Il semble que Jim ait au moins tout de suite compris d'où viennent ces étrangers !
En effet, dès le départ, il claironne dans son micro, et avec son léger accent : "En voiture, Simone ! Ça roule ma poule !", sans oublier de ponctuer d'un "Hop, là !!" les sauts que nous faisons quand on passe un nid de poule (et il y en a quelques uns)... Ou encore d'un "Hou, là, là !!" lorsqu'il aborde une pente abrupte ou un virage serré.

Et nous, bien entendu, nous reprenons en chœur avec lui, ce qui nous amuse bien tous.
Je l'entends encore ! Et je peux vous assurer qu'il n'a pas de difficulté à retenir et à répéter toutes nos expressions.
A l'inverse, nous ne sommes peut-être pas aussi doués... Qui saura me dire sans tricher, comment on prononce : "oui" ou "merci" ??

Jim fait partie, avec sa famille, du Totem Pole Tours qui est un des quelques opérateurs autorisés à offrir des visites guidées en jeeps à Monument Valley.

Nous montons dans les trois véhicules tout terrain au Visitor Center et commençons à descendre la piste pour passer au plus près des Mittens (j'ai trouvé le petit plan ci-dessus pour vous situer).

Au passage, j'ai réussi à prendre des photos assez bien réussies, malgré les cahots (je dois l'avouer, même si j'ai eu de la chance !)

Nous finissons au bout d'un quart d'heure par arriver au pied d'une impressionnante mesa, sur le lieu du barbecue.
Regardez, cette terre rouge, et cette végétation qui arrive tout de même à pousser, en dépit du manque d'eau. Ces couleurs ! Allez, j'y retourne encore un peu... Un petit clic sous la photo, et un autre clic sur 'Diaporama'... C'est magique !

Monument Valley Navajo Tribal Park

Tout est prévu : de grandes tables, dont certaines avec abri pour se protéger du soleil, le barbecue déjà en route... Il n'y a plus qu'à passer à table et à déguster.
Et que dit-on, quand on est poli ? Répétez après moi : "Ahééhee". Et attention à la prononciation !

Et c'est délicieux, une galette de pain, des haricots rouges et, et, et ... un vrai steak ! Nous aurions pu parier, c'est vraiment la surprise supplémentaire du jour! Désolé, je ne me souviens plus du tout du dessert [si quelqu'un peut me souffler la réponse ??] Le tout arrosé d'un succulent thé glacé. Rappelons en passant que l'alcool est strictement interdit chez les Navajos.

Monument Valley, le pays Navajo  


Vendredi 16 mai 2008, midi [heure locale]

Vous avez remarqué ces couleurs ? Ces terres rouges ? C'est magique, moi, perso, je ne m'en lasse pas.
Et comme pour le Grand Canyon, on a beau l'avoir vu des centaines de fois au cinéma ou dans des pubs, y être en chair et en os prend une tout autre dimension !
Ce joyau du peuple Dineh (Navajo) a été rendu célèbre dans le monde entier grâce aux nombreux westerns qui y ont été tournés, dont la Chevauchée Fantastique [1938 avec John Wayne]. Pour la première fois, John Ford tournait en extérieur dans ce magnifique décor naturel : «j'ai été partout dans le monde mais je considère cet endroit comme le plus beau, le plus complet et le plus calme de la planète».

Monument Valley - John Ford Point

Depuis, y furent notamment tournés les célèbres Il était une fois dans l'Ouest, de Sergio Leone, avec Henri Fonda et Charles Bronson et La Prisonnière du Désert, de John Ford avec John Wayne et Natalie Wood. Depuis quelques années, on y filme de nombreux spots publicitaires : la pureté dépouillée du décor, les couleurs chaudes, l'image de l'Ouest américain mettent les produits en valeur. Pour le monde entier, Monument Valley est vraiment un symbole.

Ce petit schéma montre les types de relief rencontrés ici : les mesas et les buttes.
J'ai l'honneur de vous présenter les deux buttes célèbres, que vous connaissez déjà de vue : West Mitten Butte et East Mitten Butte, accompagnées de Merrick Butte. Pourquoi des Mittens allez-vous demander ? C'est tout simple, observez attentivement leur forme... Cliquez sur la photo, zoomez s'il le faut... vous voyez bien des moufles, ou les mitaines, non ?

West Mitten, East Mitten et Merrick Buttes de gauche à droite]

Parlez-vous Navajo ?  

Vendredi 16 mai 2008

Nous sommes debout à 5h45. Je ne crois pas vous l'avoir déjà dit, mais dans les chambres d'hôtel, presque systématiquement, il y a une cafetière avec de quoi faire du café et du thé. Souvent il y a aussi un micro-ondes, un réfrigérateur, une table à repasser et le fer du même nom.
Mais pour l'heure, nous nous rendons directement dans la salle du petit déjeuner, et il y a déjà du monde à cette heure matinale ! Surtout qu'ici on peut faire ses gaufres soi-même avec de la pâte fraîche !! Et pour les accompagner : sirop d'érable, fortement conseillé, beurre, confiture... Du pain de mie et un grille pain bien entendu !

Une fois encore, nous avons eu de la chance dans la distribution des chambres, la nôtre donne sur la piscine (bon, ce matin, il y a du soleil, mais il fait encore très frais : 11°C... brrr, pas de quoi piquer une tête !), nos amis sont sur l'autre côté, celui qui est le plus exposé au vent, et surtout pas très loin de la voie ferrée... Ok, ils pourront récupérer dans le bus, mais c'est dommage, ils vont louper quelque chose.

Départ prévu à 8h00. Everybody ? Oui, pas de souci ! Nous ne verrons donc pas grand chose de Flagstaff, car Pyt doit parcourir les quelques 285 kilomètres qui nous séparent du Monument Valley Navajo Tribal Park où nous sommes attendus pour un véritable barbecue Navajo.

Monument Valley - Totem Pole

Hervé nous indique que le trajet durera environ 3h30. La réserve Navajo, n'observant pas l'heure d'été, a une heure de décalage avec le reste de l'Arizona. Il ne s'agirait pas d'arriver en retard, sinon les steaks seraient trop cuits... (on peut rêver, non ? Cela nous changerait du chicken, les paris sont ouverts...)

C'est le moment de mettre à profit ce temps libre pour en apprendre un peu plus sur ce peuple qui constitue la plus grande communauté amérindienne des États-Unis.

Au cours de leur histoire, ces Dineh furent souvent amenés à se déplacer et furent attaqués par d'autres tribus. Ce n'est qu'à la fin du XXIème siècle qu'on leur attribua une réserve dans laquelle ils prospérèrent pendant que leurs troupeaux se développaient.

Des terres supplémentaires furent annexées à la réserve. Mais comme il s'agissait de terres pauvres, les étrangers firent peu de tentatives pour envahir la réserve.

En plus de l'élevage du bétail, les Navajos tirent aussi profit du tourisme : sociétés d'excursions (visites guidées, randonnées à pied ou à cheval, tours en 4x4), exploitation de restaurants et d'hôtels, création et commerce d'artisanat navajo (bijoux, poteries, tapis, souvenirs).

Et comme il nous reste encore du temps, si nous apprenions un peu le langage de nos hôtes. Je ne pense pas que cela les impressionnera, mais, si on y met un peu du nôtre, cela leur fera sans doute plaisir. Hervé nous fait donc répéter en chœur, après lui :

- Yá'át'ééh ! [Bonjour !]
- Ahééhee [Merci]
- Ndaga' [Non]
- AOO ' [Oui]
- Hágoónee ' ! [Au revoir !]

Monument Valley - West Mitten Butte

Bon, nous arrivons, je vous laisse pour le moment, le temps d'admirer ces paysages fabuleux.

Quatrième étape : la carte  

Vendredi 16 mai 2008

Extrait des photosCinquième journée - 500 km : Flagstaff AZ > Monument Valley AZ/UT > Lake Powell AZ/UT > Page AZ

500 km, et plein les yeux. Jugez-en plutôt : Monument Valley en 4x4 et le lac Powell vu du ciel... de quoi faire encore de belles photos, non ?
Admirez la vue satellite de ce dernier, vous aurez déjà une petite idée !

En route pour Flagstaff...  

Jeudi 15 mai 2008, fin d'après-midi

J'ai l'impression que cette journée dure plus longtemps, et c'est tant mieux !

Nous nous regroupons tous à Grand Canyon Village, le terminus de la route et de la voie ferrée.

Revenons un peu en arrière... Pendant plus de trois siècles, sauf les tribus locales, dont les Hopis et les Navajos, la région n'attira guère les hommes : l'altitude, les difficultés d'irrigation rendaient l'agriculture aléatoire. Les premiers colons furent des prospecteurs, venus exploiter cuivre, zinc et plomb de la falaise. En 1869, John Wesley Powell descendit le premier le fleuve en bateau; il revint deux ans plus tard accompagné d'un peintre. La même année, une expédition terrestre fit les premières photos. Ces illustrations, des récits, des livres, les tentatives répétées pour créer un parc national suscitèrent l'intérêt des premiers touristes.

Grand Canyon - Vers Grand Canyon Village

L'exploitation des gisements était laborieuse : plusieurs mineurs décidèrent qu'apporter un peu de confort à ces nouveaux visiteurs ferait un meilleur gagne-pain. Certains aménagèrent des pistes jusqu'au fleuve. John Hance, arrivé en 1883, fonda un ranch touristique. Peter Berry ouvrit le premier hôtel de la rive sud douze ans plus tard, à Grandview Point.

En 1901, partie de Williams, une compagnie de chemin de fer amena une ligne vingt kilomètres à l'ouest : Grandview Hotel ferma en moins d'un an. Attelé, selon la météo, à une motrice diesel ou une machine à vapeur, le train transporte toujours des visiteurs. Mais la plupart viennent en voiture.

Train, automobile, Grand Canyon Village est le terminus. Peuplé de 1500 habitants, c'est un assemblage de bâtiments disparates, où l'enclos des mulets voisine avec la gare, les bâtiments de service, les magasins et les hôtels. Le plus ancien, El Tovar, accueillit ses premiers clients en 1905. Cinq autres suivirent. [source : America-Dreamz]

Mais il est 17 heures, déjà, et si vous regardez la carte, il reste encore 140 km à parcourir avant d'atteindre notre destination du jour, Flagstaff, sur la Route 66.

Nous reprenons donc le bus, qui emprunte sur 45 km la même route que ce matin, avant de tourner à gauche pour rester sur la US-180, au niveau de Valle Airport.
Peu avant d'arriver à Flagstaff, on aperçoit au nord les San Francisco Peaks, laissant apercevoir des pics enneigés. D'ailleurs, il neigeait en altitude, même si certains ne voulaient pas nous croire (cela a été confirmé par Hervé, le lendemain matin [et toc !]). Normal, c'est la chaîne de montagnes la plus haute de l’État d'Arizona dont le point culminant est le Humphreys Peak qui s'élève à 12633 ft (3851 m).

Pour l'anecdote, au XVIIème siècle, les Franciscains espagnols avaient fondé une mission dans un village indien Hopi, à 100 km des Peaks. Ils avaient donné le nom de San Francisco pour ces pics en l'honneur de saint François d'Assise, le fondateur de leur ordre. A cette époque, San Francisco en Californie - qui a la même origine étymologique et historique - n'existait pas encore, puisque sa fondation date de septembre 1776 !

Mais nous voici arrivés à Flagstaff, située à 2120 m d'altitude et parcourue par la Route 66. La température a bien baissé : 13°C. Il est 19 heures, il y a du vent, et il fait très gris. L'hôtel a taille humaine, cette fois. Notre chambre donne sur la piscine... mais elle n'est pas couverte. Le temps de déposer nos affaires, il fait déjà nuit et nous reprenons le bus pour aller dîner en ville, pas très loin. Je crois bien me souvenir que, pour changer, il y avait du poulet ou du chicken au menu, juste après la salade verte et juste avant le fameux gâteau au chocolat en gelée. La prochaine fois, je vous fais un copier/coller !

Nous ne traînons pas, car Pyt doit se reposer un peu, tout de même. Demain, il y a encore de la route...

______________________________________________________________________________

Les visiteurs depuis le 1er août 2009

______________________________________________________________________________

Suivez le guide...

Mon nouveau blog...

Bannière les jardins de Den'

Qui suis-je ?

Ma photo
Nancy, 54, France
Un cow-boy lorrain

Membres

Où suis-je aussi ?

Stats au 29/01/10

76
Articles
206
Clic-clac
22 Étoiles Paperblog
23522 Visites *
77 Pays *
15187 Visiteurs uniques *
51044Pages vues *
- A partir du 6 août 2008 -
(* source Google Analytics)

Conseils pratiques

Le plus sûr moyen pour répondre à toutes les questions qu'on se pose AVANT le départ ?

Formalités d'entrée au USA, modèle(s) de passeport accepté, visa, conseils aux voyageurs, informations médicales, sécurité aux frontières, décalage horaire, météo, téléphone, etc, etc...

En premier lieu, visiter les sites officiels (en français) :

¤ Ambassade des États-Unis à Paris > Info-Usa-Tourisme

¤ La Diplomatie Française > Conseils aux voyageurs

¤ Air France > Côté Pratique

¤ Aéroports de Paris > Vos bagages

¤ Direction Générale de l’Aviation Civile > DGAC

¤ Horloge Parlante (heure, météo, et bien plus...)

¤ Cours du dollar en direct (XE.com)

¤ Table de conversion (km>mile, °C>°F...)
 

San Francisco

San Francisco
Vue depuis Twin Peaks - Transamerica Pyramid (à gauche), Market Street (à droite)